Levure de bière : atout goût et nutrition végétal

Publié le : 7 décembre 2017
Catégories : Alimentation & Nutri

D'ou vient la levure de bière ?

A son origine, il y a un champignon magique (non, ce n’est pas un magic mushroom !) de la famille des saccharomyces cerevisiae. Un champignon qui se nourrit de sucre… mais quel est le rapport avec la bière ?

La bière est une des plus anciennes boissons fermentées (-10000 sans doute) et, c’est notre petit champignon magique qui est le garant de cette fermentation :  en présence d’air, il se multiplie et fermente en transformant le sucre en alcool et en gaz carbonique (la mousse !).

La levure de bière est donc constituée de champignons microscopiques. Non pathogènes, ils ne présentent aucun risque pour l’organisme. Bien au contraire. Il s’agit d’une source non négligeable de vitamines, d’oligoéléments et d’acides aminés essentielles.

Quand elle est active (non chauffée, la levure inactive, chauffée, étant celle qui entre dans la composition de l’alcool), la levure de bière fait partie de la famille des aliments probiotiques. Autrement dit, elle peut contribuer au développement des bonnes bactéries du conduit intestinal et contribue à l’équilibre de la flore intestinale. Or la toutes les recherches actuelles concordent sur les liens entre intestins et systèmes immunitaire et nerveux : nous avons tout à gagner à intégrer les probiotiques dans notre alimentation courante pour se faire du bien tout simplement (et avec la levure de bière en l’occurrence, avoir une super astuce « goûteuse »).

Pourquoi la levure de bière est vendue en gélule comme complément alimentaire ?

Parce que sa composition minérale en fait un super aliment : riche en vitamines du groupe B, en acides aminés, en calcium, cuivre, fer, magnésium, phosphore, potassium et soufre, (tout ça !), son action est reconnue dans la stimulation du système immunitaire, permettant de lutter contre la fatigue, de soutenir la croissance et la résistance des ongles et des cheveux (la combinaison des minéraux et vitamines présents ayant une action favorable sur la synthèse de la kératine), mais aussi de faciliter la digestion (la fameuse action probiotique) !

Pourquoi on ne peut que te conseiller de ne pas l’utiliser en gélules ?

-        Parce que c’est hors de prix !

-        Parce que cela vous fait consommer de trop petites quantités pour être efficace,

-        Parce que c’est trop dommage de se priver de son utilisation en cuisine ????

Alors... Comment la consommer ?

-        En saupoudrage : directement dans l’assiette, sur vos salades, gratins, purées, soupes … si tu en aimes le goût, il deviendra même difficile de s’en passer !

-        En cuisine : mélangé à l’appareil d’une quiche, délayé dans une sauce, ou encore pour réaliser un fromage végétal ????

Quelles sont les précautions d’usage ?

Malgré tous les bienfaits indéniables de la levure de bière, il y a de petites précautions à prendre :

-        Une question de quantité : selon l’état de tes intestins (!) et habitudes alimentaires (manque de fibres par exemple), l’introduction de cet aliment probiotique peut être un peu perturbante. Notre conseil: on y va en douceur, en commençant par maximum 3 cuillères à café par jour. Un surdosage pourrait causer un déséquilibre au niveau de la flore intestinale et en découlerait un effet contraire à celui escompté. On peut aller jusqu’à 3 cuillères à soupe sans souci particulier.

-        Gluten or not gluten ? Les champignons eux-mêmes ne sont pas des céréales, donc ne contiennent pas de prolamines.

o   Si les champignons source de la levure de bière sont cultivés sur du sucre (de betterave le plus souvent), on ne peut pas trouver de prolamines (gluten). Ce type de levure est donc sans gluten.

o   S’ils sont cultivés sur du riz, encore une fois, la levure sera garantie sans gluten.

o   S’il s’agit de champignons issus d’une culture sur du malt d’orge, (de l’orge germé), une des levures de bières parmi les plus fréquentes, les prolamines ont disparu lors de la germination justement. Donc il ne peut absolument pas y en avoir un fort pourcentage, mais on peut en trouver des traces. Idem pour la levure dite « maltée ».

o   La question se pose s’ils sont cultivés sur du blé : des prolamines peuvent dans ce cas être présentes ; peut-être de manière non significative, mais peut-être aussi trop pour vous si vous êtes gravement allergique.

En conclusion, si tu es allergique au gluten, tu pourras tout de même consommer de la levure de bière, mais en vérifiant sa provenance. Si tu es "seulement" intolérant, la levure, quelle qu’elle soit, ne devrait pas poser de problème, à condition de respecter une introduction « contrôlée » en termes de quantité.


Ajouter un commentaire